VIVRE D’ETERNITE ET D’EAU FRAICHE : LE YOGA ET LES TELOMERES

Nous rêvons tous de vivre longtemps et en bonne santé. Les traditions orientales du tao au yoga affirment que l’homme a intérêt à vivre longtemps : il accroit ainsi ses chances de percer les mystères de l’existence et d’accomplir le but ultime de la vie.

A chacune de nos respirations nous perdons un peu de l’énergie ancestrale et nous accélérons le mouvement du corps vers la mort ! Les yogis ont procédé en observant la nature : les êtres vivants le plus longtemps sont ceux qui respirent le plus lentement. La déperdition d’énergie est naturelle et commence vers l’âge de 25 ans.

D’après la tradition du yoga le mental constitue un « corps mental » au service de notre potentiel. C’est dans le Tamil Nadu que des yogis guidés par Babaji Nagaraj ont pu repousser les limites du corps physique et de leur conscience à l’infini.

Tout ce qui nous pousse à analyser, critiquer, commenter, dévore notre capital de vie et provoque une déperdition d’énergie. Sans parler des pensées obsessionnelles.
La méditation sur le Silence Intérieur, dans la pleine Conscience permet de réduire ces pertes d’énergie notamment en travaillant sur le souffle, source d’énergie principale pour ralentir le processus de vieillissement du corps. Ancré dans la pureté du présent chaque mouvement du corps et de l’esprit devient pure vie. Changements de perspective qui modifient le rapport au temps et à la vie.

Les scientifiques ont étudié les effets de la méditation et des principes de vie saine sur un groupe de personnes dans le Colorado: Les changements de l’humeur découlent de la

production d’une enzyme, la télomérase, qui a valu à sa découvreuse le Dr Elizabeth Blackburn le prix Nobel de Médecine en 2009. cette enzyme empêche les télomères, sortes de capuchons des chromosomes, de se rétrécir et d’user les chromosomes, qui à un seuil critique, meurent. La taille des télomères n’est pas irréversible, elle peut s’arrêter et même se rallonger !

C’est en cela que la pratique d’un yoga sérieux, pas une gym douce, mais un yoga spirituel et physique, de postures, respirations et méditation, entre en jeu !
La voie du Tao offre des indications précises sur le fonctionnement du corps humain. Le rôle joué par les émotions est fondamental : « ne pas vouloir vieillir, nourrir en soi des sentiments positifs, favorise le renouvellement cellulaire et entraine un bon fonctionnement des organes» pour la MTC la joie, l’amour entretiennent le cœur, la sérénité la rate-pancréas, la bonté le foie, inversement les sentiments négatifs comme la peur, la colère, la tristesse, entrainent des effets délétères.

c’est éviter d’entrer dans un état de fragilité générale, dépressif, de mal-être, une fatigue persistante, des infections récurrentes, des troubles de la mémoire, qui poussent le corps à puiser dangereusement dans ses réserves enzymatiques, immunitaires, neurobiologiques etc… Bien vieillir c’est conserver son état de vitalité, si possible sans médicaments, qui ne sont que des béquilles.

Sri Aurobindo, célèbre sage indien a déjà bien insisté sur le fait que notre corps de reconstruit en permanence, que la vie et la mort appartiennent au même processus au cœur de nos cellules, et que déceler les « mémoires » qui empêchent l’évolution, en excluant tout jugement. La pratique de tout exercice des asanas à la méditation, doit être dévotionnelle, c’est-à-dire dédiée à notre âme, notre essence, Brahman, Purusha, au divin au centre de notre être…

Au lieu d’une dégénérescence progressive, lunettes, canne, appareils divers, et opérations « normales », l’être se transforme, c’est la nouvelle naissance, comme disait Jung, d’un être non divisé, un être libre, et debout!

Tara, mai 2015( extraits de l’article du journal Yoga)

VIVRE D’ETERNITE ET D’EAU FRAICHE : LE YOGA ET LES TELOMERES

Nous rêvons tous de vivre longtemps et en bonne santé. Les traditions orientales du tao au yoga affirment que l’homme a intérêt à vivre longtemps : il accroit ainsi ses chances de percer les mystères de l’existence et d’accomplir le but ultime de la vie.

A chacune de nos respirations nous perdons un peu de l’énergie ancestrale et nous accélérons le mouvement du corps vers la mort ! Les yogis ont procédé en observant la nature : les êtres vivants le plus longtemps sont ceux qui respirent le plus lentement. La déperdition d’énergie est naturelle et commence vers l’âge de 25 ans.

D’après la tradition du yoga le mental constitue un « corps mental » au service de notre potentiel. C’est dans le Tamil Nadu que des yogis guidés par Babaji Nagaraj ont pu repousser les limites du corps physique et de leur conscience à l’infini.

Tout ce qui nous pousse à analyser, critiquer, commenter, dévore notre capital de vie et provoque une déperdition d’énergie. Sans parler des pensées obsessionnelles.
La méditation sur le Silence Intérieur, dans la pleine Conscience permet de réduire ces pertes d’énergie notamment en travaillant sur le souffle, source d’énergie principale pour ralentir le processus de vieillissement du corps. Ancré dans la pureté du présent chaque mouvement du corps et de l’esprit devient pure vie. Changements de perspective qui modifient le rapport au temps et à la vie.

Les scientifiques ont étudié les effets de la méditation et des principes de vie saine sur un groupe de personnes dans le Colorado: Les changements de l’humeur découlent de la

production d’une enzyme, la télomérase, qui a valu à sa découvreuse le Dr Elizabeth Blackburn le prix Nobel de Médecine en 2009. cette enzyme empêche les télomères, sortes de capuchons des chromosomes, de se rétrécir et d’user les chromosomes, qui à un seuil critique, meurent. La taille des télomères n’est pas irréversible, elle peut s’arrêter et même se rallonger !

C’est en cela que la pratique d’un yoga sérieux, pas une gym douce, mais un yoga spirituel et physique, de postures, respirations et méditation, entre en jeu !
La voie du Tao offre des indications précises sur le fonctionnement du corps humain. Le rôle joué par les émotions est fondamental : « ne pas vouloir vieillir, nourrir en soi des sentiments positifs, favorise le renouvellement cellulaire et entraine un bon fonctionnement des organes» pour la MTC la joie, l’amour entretiennent le cœur, la sérénité la rate-pancréas, la bonté le foie, inversement les sentiments négatifs comme la peur, la colère, la tristesse, entrainent des effets délétères.

c’est éviter d’entrer dans un état de fragilité générale, dépressif, de mal-être, une fatigue persistante, des infections récurrentes, des troubles de la mémoire, qui poussent le corps à puiser dangereusement dans ses réserves enzymatiques, immunitaires, neurobiologiques etc… Bien vieillir c’est conserver son état de vitalité, si possible sans médicaments, qui ne sont que des béquilles.

Sri Aurobindo, célèbre sage indien a déjà bien insisté sur le fait que notre corps de reconstruit en permanence, que la vie et la mort appartiennent au même processus au cœur de nos cellules, et que déceler les « mémoires » qui empêchent l’évolution, en excluant tout jugement. La pratique de tout exercice des asanas à la méditation, doit être dévotionnelle, c’est-à-dire dédiée à notre âme, notre essence, Brahman, Purusha, au divin au centre de notre être…

Au lieu d’une dégénérescence progressive, lunettes, canne, appareils divers, et opérations « normales », l’être se transforme, c’est la nouvelle naissance, comme disait Jung, d’un être non divisé, un être libre, et debout!

Tara, mai 2015( extraits de l’article du journal Yoga)