La Conscience

bouddha

La Conscience

Les lois de l’Univers

Pendant des millénaires, les lois éternelles favorisaient une vie indienne en harmonie avec l’univers.
Les lois physiques et spirituelles n’étaient pas séparées.
Dans cette traditions, pas de « religion ». Ce sont les cultures grecques, musulmanes, française et britannique qui ont introduit ce mot d’ « hindouisme ». Regroupant des pratiques diverses selon les régions. Le Tantrisme (principe de Shiva) et le Advaïta Vedanta (non dualité) qui apparemment n’étaient pas séparées .

La tradition tantrique

Expansion de la conscience par les mantras, les yantras, et les mudras.
Jeunes et purifications diverses. Satkarmas.
Le Tantra affirme l’existence de dieux et déesses qui représentent les diverses modalités de l’énergie consciente universelle à l’œuvre au fond de nous, qui soutiennent, si évoquées, le fonctionnement des chakras. Par exemple, Ganesh, 1er CK et microCK
Une divinité est à la fois un principe et un être : une idée abstraite du cerveau gauche, et la présence du ressenti (cerveau droit)

L’Advaïta Vedanta

L’enseignement de la non-dualité, au niveau de l’absolu selon la Chandogya Upanishad, qui porte sur la Conscience Primordiale TAT
« Avant la Création, mon cher, ce monde n’était qu’Etre(SAT), Un sans second »

« Tu ne peux pas voir celui qui voit dans la vision, tu ne peux pas entendre celui qui entend dans l’audition, tu ne peux pas penser le penseur dans l’activité de penser, tu ne peux pas connaitre celui qui connait dans le connaitre. Celui là est ton Soi omniscient. »

TAT est souvent l’ineffable SAT
« TAT TWAM ASI « est l’unique message des Upanishads.
Etre libéré est être en totale harmonie avec cette vérité. Dépassant le mental.
Perception de la différence entre l’ego et le Soi, vichara, référence au 3ème linga.
« Car là où se trouve la dualité, on voit un autre, on sent l’odeur d’un autre, on entend un autre, on parle à un autre, on pense à un autre, on connait un autre. Tandis que pour celui pour qui tout est devenu son propre Soi, alors,

  • Comment pourrait-il bien sentir l’odeur d’un autre ?
  • Comment pourrait-il voir un autre ?
  • Comment pourrait il entendre un autre ?
  • Comment pourrait-il parler à un autre ?
  • Comment pourrait-il penser à un autre ?
  • Comment pourrait-il connaitre un autre ?
  • Celui qui connait tout cela, comment pourrait-il être connu ?
  • Ah ! Comment celui qui connait peut-il être connu ? »

Le chemin spirituel exige un raffinement continuel de l’ego, jusqu’à ce qu’il se dissolve dans le Soi. Ce voyage commence par Pratyahara. Réorientation des sens vers l’intérieur

LE JEU COSMIQUE : la « LILA »

Le Tantra affirme que l’univers est constitué de trois champs énergétiques :

  • Le plan matériel physique
  • Le plan subtil vibration supérieure au plan physique
  • Le plan causal vibration supérieure qui pénètre les deux autres plans

Le plan causal est le premier puis le subtil et enfin le physique. De même pour l’être humain.
Notre corps causal, fait de vrittis, et d’intentions, est issu du champ cosmique causal. Notre champ subtil est issu du champ cosmique subtil et se compose des chakras et nadis, en relations avec notre ressenti, nos sentiments, nos affects.
Les instincts, sensations, émotions font partie du corps physique et émanent du champ physique cosmique.

La « LILA » modèle du jeu de l’Intelligence cosmique.

Selon le Tantra et le Vedanta, l’Univers n’est pas né de la matière mais du mental. Le mental humain est le reflet du mental divin.
L’Univers est un jeu, LILA venant de l’Energie Potentielle Cosmique, Mahakundalini qui demeure hors de l’espace temps, étroitement enlacé à ParamShiva, Conscience Primordiale. L’ego de l’Univers semble lâcher-prise. Elle souhaite expérimenter son pouvoir d’indépendance, et elle relâche son étreinte, en revêtant la forme de Shakti, l’Energie créatrice, et s’éloigne de ParamShiva. Elle atteint l’éloignement maximum qui s’exprime dans la matière sous forme de la densité du diamant, puis rebrousse finalement chemin vers son ParamShiva. Ceci sur le plan cosmique et personnel. Les étoiles naissent et disparaissent, les univers surgissent et se dissolvent. Au niveau humain, Shakti joue à cache-cache, « Le monde entier est une scène de théâtre,
Et tous les hommes et toutes les femmes n’en sont que les comédiens
Avec leurs sorties et leurs entrées »
Shakespeare, Comme il vous plaira, acte II scène VII
Toute entité traversant les cycles innombrables de naissances de mort, et de renaissances, est appelé jiva. Le but du jiva est la libération moksha, et revenir à la source, le Soi, Atman, qui n’est possible que dans un corps humain. Tant que le mental des 7 chakras n’est pas parvenu au contentement, le jiva doit renaitre et jouer un nouvel acte de la pièce. Jusqu’à ce que la conscience individuelle parvienne à s’identifier à la Conscience Primordiale, TAT. Le jiva, libéré n’a plus à jouer. La prise de conscience de cela aide à surmonter la peur de la mort.
Si nous prenons la vie pour autre chose qu’un jeu cosmique, de grandes souffrances nous attendent.